Atlantis

Un jeux de rôle dans un univers inédit et aux inspirations multiples (Star Wars, Battlestar Galactica, Terminator, Star Trek)
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Drake l'Assassin

Aller en bas 
AuteurMessage
Drake
Séparatistes
Séparatistes
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Drake l'Assassin   Jeu 29 Jan - 13:07

Nom : /
Prénom : /
Pseudo : Drake
Titre : Obscur
Camp : Séparatiste, Confrérie.
Âge : 20 ans
Sexe : Masculin


Description physique : Grand et aux cheveux blancs, qu'il teint souvent en noir pour mieux se fondre dans les ombres, Drake a des yeux rouges sang, à cause d'une greffe qui lui permet de voir dans le noir, et commune à la plupart des Confréristes, membres de l'organisation d'assassins renégats qui font régner le chaos sur certaines planètes. Il porte en permanence ses Griffes Kassy'k, greffées à son bras, et un Soror PM pend à chacun de ses flancs, prêts à êtres dégainés, et constamment chargés en balles. De plus, il garde toujours sur lui une fiole de poison bleue, au cas où on le capturerait. Sa lourde cape rouge foncée ne l'empêchent en rien de se mouvoir comme un chat, de grimper aux plafonds (avis à ceux qui se rappellent de l'entrée d'Exodius sur Orcanie Razz) et de se battre à une vitesse improbable. Enfin, une cicatrice part du haut de son front à son oeil droit.


Description psychologique : Légèrement (d'accord, TRES) paranoïaque, Drake imagine des complots un peu partout. Il a le chic pour repérer les personnes de confiances, et celles qui ne le sont pas. Profondément individualiste, il travaille et vit en solo, faisant tout seul, et ne sachant pas trop ce que veulent dire "équipe" et "ami". Curieux mais prudent de nature, Drake n'hésite pas à enfreindre les règles pour apprendre quelque chose, ou juste pour s'amuser. Une portion d'esprit enfantin le hante depuis toujours, et pour lui le monde n'est qu'une sorte de grande farce, ou tout est permis. Il en découle qu'il fonce tête baissée dès qu'il a analysé une situation (c'est à dire en un quart de seconde), et qu'il lui semble que ce qu'il fait n'est pas trop risqué. Profondemment méprisant pour tous ceux n'appartenant pas à la Confrérie, et n'ayant pas le titre d'Obscur, il raille assez régulièrement les personnes de son entourage. Néanmoins, au milieu de son âme corrompue, il reste une part de lumière, et il lui est déjà arrivé d'épargner un petit bébé ou deux d'une famille qu'il a massacré pour un de ses contrats. Drake est très confiant en ses capacités, même s'il ne s'en vante pas ouvertement. Enfin, il a horreur des foules et des villes, et passe le plus clair de son temps dans sa petite maison cachée à flanc de montagne, sur Terre, à jouer de la flute à vagabonder la nuit.


Histoire :


Message adressé à l'Ordo Executionnis, haute sphère des Dirigeants de la Confrérie.


Messires Ombres, mes salutations.

En ce jour, un gamin a croisé ma route. Il trainait derrière lui un cadavre et pleurait. Plutôt que de passer ma route, je me suis rapproché de lui. Il avançait lentement, à cause du macchabée qu'il trainait, et à leur ressemblance, je sus aussitôt qu'il s'agissait de son père. Je l'arrêtait, soudain pris de curiosité, et il me fixa de ses yeux humides, reculant d'un pas. Enlevant ma capuche, je regardais le gosse. Il semblait avoir une demi-douzaine d'année, et faisait peur à voir. Sa peau pâle était barrée d'une blessure encore sanglante au visage, du front à l'oeil gauche. Un liquide poisseux coulait le long de ses joues, et il boitait affreusement. Lorsque je me suis approché encore un peu de lui, il lâcha son père et recula encore hors de ma portée. Je l'apostrophait alors.

- Hé, petit ! lui dis-je, que fais-tu là ? Qui est cet homme ? Ton papa ? Que lui est-il arrivé ?

- Je ne parles pas aux gens que je ne connais pas.

Sa voix était sure et posée, contrairement à ce que je m'attendais. Pas une lueur d'inquiétude n'apparaissait dans ses yeux.

- T'es qui toi ?

Le ton de sa voix me surpris encore, familier et farouche, et je lui répondit aussi doucereusement que possible, comme Maitre Shan me l'avait appris, et à qui j'adresse encore mes remerciements.

- Je m'appelles Tigurius, et toi, petit ? Quel âge as-tu ?

- J'ai quatre ans !

Il avait compté sur ses doigts auparavant, et me les montra, avec un air fier tout enfantin. Je répétait ma question, mais il s'obstina à me montrer ses doigts sans répondre. J'insistait lourdement, mais il sourit et s'approcha de moi, pour reprendre son père et continuer à le trainer.

- Je te le dis si tu m'aides à porter papa. Il était très fatigué tout à l'heure, et il est tombé. Il m'avait dit que ça risquait d'arriver, et que je devais continuer loin du village. Alors je continues, mais je veux pas qu'il ait à courir quand il se réveillera !

Et il me dépassa lentement, tandis que je me félicitait de la naïveté de ce gosse. Il m'avait bien eu, je voulais savoir son nom, et décidait de l'aider. Son père était aussi lourd que ce à quoi je m'attendais, et nous marchâmes en le trainant derrière nous, sans aucun souci pour le visage déjà meurtrit du cadavre qui s'effritait contre les graviers. Nous atteignimes enfin une ville, et les soldats de gardes nous regardèrent d'un oeil suspicieux avant de prendre le macchabée. Je demandais alors au gosse.

- Alors, comment tu t'appelles ?

Il sembla réfléchir, puis me demanda, tout sourire.

- J'ai faim. Tu me donnes à manger ?

- Bon d'accord, mais tu me dis ton nom après ?

Ce gamin commençait vraiment à m'exaspérer, mais le pire était à venir. Il me demanda de quoi manger, puis à boire et, enfin, me proposa (m'imposa) de passer la nuit avec lui. Je louais une chambre d'hôtel, et nous y restâmes pour la nuit. Je l'enfermais dans la chambre le lendemain, et partit chercher un contrat. Lorsque je revins, il n'était plus là. Furieux de m'être fait avoir, je ne remarquait pas qu'on me chipait mon porte-monnaie, et mon Soror. Lorsque je sortit de l'hôtel, quelqu'un me tapota le dos et tira sur ma robe noire.

- Dis, tu l'as eu tout cet argent ? Et le pistolet ?

J'attrapait le garnement par le col, le soulevait de terre et...me retrouvais avec un canon de revolver contre le front. Je louchait sur le gamin, imaginant dix façons de me débarrasser de lui, et lui saisit le bras, le poussant sans problème et avant qu'il ait le temps de faire quoi que ce soit. Mais avant que je puisse le reposer à terre (sans oublier que des pas résonnaient non loin de là), je reçus un coup de pied sous la ceinture, si fort que je restait paralysé quelques instants, pendant lequel le gosse me frappa la main avec la crosse du Soror, avec une force impressionante. Puis il s'enfuit en ricanant.

Quelques minutes plus tard, je le rattrapait et l'acculait dans un coin. Il avait apparemment perdu le Soror, car rien ne montrait qu'il l'avait sur lui. Je m'apprêtais à lui donner une leçon, lorsqu'il me dit en me tirant la langue.

- Tu me gardes avec toi et je te rends ton pistolet et ton argent !

Il ignorait que j'avais bien plus d'armes et d'argent que ça, et je décidais de lui donner tout de même la leçon qu'il méritait, lorsqu'une main se posa sur mon épaule. Je me retournais, et ne vis rien d'autre que du vide. Lorsque je regardais de nouveau le petit coin où était acculé le gosse, il n'y avait plus rien non plus. Je me demandais par quel miracle il avait fait ça (mais était-ce lui ?) et le cherchait, en vain.

Quelques heures plus tard, lorsque je quittais la ville, il me tomba dessus, comme un ange venu du ciel.

- Bouh !

Je poussais un soupir, lassé et exaspéré, son petit jeu m'énervait au plus haut point, et je me résolut à l'écouter. J'avais un contrat en cours, et avait intérêt à m'occuper au plus vite de ce gêneur.

- Dis tu vas où ?

- Nulle part avec toi.

- Ah bon ? Et si je te dis que sinon, t'es mort ?

- Mort ?

- Bah oui.

Il babilla en souriant et descendit de mon dos. Lorsque je le regardais, il me tirait la langue.

- On va dire qu'il y a dix copains armés pas loin, et que je les appelle quand je veux. C'est mes copains, tu vois ? Il suffit d'en taper un pour que les autres ils t'aiment bien. Mes copains ils sont forts comme deux hommes et ils ont tous des gros canon, payé par toi, merci pour les sous !

- Oh non...

Vaincu, je me laissais prendre au piège. Il me demanda de le suivre, et fit soudin un pas sur le côté. Surpris, je continuait d'avancer, et en un tournemain, je fus la tête en bas, la robe à l'envers, tombant sur ma tête, et me débattant en vain. Le gosse pouffa de rire.

- En fait, je n'ais pas de nom. Comment tu m'appellerais, toi ?

Je lançais un juron dans une vieille langue perdue à jamais, et il me regarda vec des yeux ronds.

- Drake ? D'accord, moi c'est Drake !

Et il me lança un sourire tout enfantin en me tirant la langue. Il me libéra quelques secondes plus tard, et ma colère fondit en un certain respect pour Drake.

Je demande à ce que ce garçon soit prit comme apprenti, il est vraiment exceptionnel. Je plains ses futurs professeurs, mais il est exceptionnel.

Tigurius, votre fidèle serviteur.


* * *



Jarred reposa la longue lettre en soupirant. Il n'y avait rien, dans cette petite maison. Mis à part quelques papiers, et un ours en peluche ridicule. Il sortit du taudis, et fut fouetté par l'air frais de la montagne, regardant sa "carte au trésor". Le vieux fou qui lui avait vendu cette carte avait juré que des masses improbables de trésors se trouvaient au sein de la petite maison. Le charlatan avait encaissé une fortune pour lui avoir vendu cette foutue carte.

Le chasseur de prime prit sa carabine, jurant avoir entendu un bruit, et se tournant vers le buisson épineux dont il provenait. Jarred tira dedans et s'avança. Il n'y avait rien.

- Tu es venu...bâtard.

- Que...?

La voix était un sifflement de vipère. Il avait même sentit le souffle de la personne qui lui avait parlé, contre sa peau.

- Une carabine ? Que c'est obsolète.

La voix avait à nouveau serpenté jusqu'à lui. Il se retourna encore. Rien.

- Tu est aveugle, dis donc. Adieu.

Une douleur soudaine et il s'effondra. La longue silhouette toute de rouge foncée qui était apparue derrière lui disparut dans l'ombre et, en un instant, il n'y eut que le corps décapité à terre.

* * *

- Drake...Viens là, mon garçon.

Tigurius était mourrant. L'Ombre qui avait été le mentor de Drake expirait. L'Obscur se rapprocha de son anicen maître et essuya la sueur qui, déjà, s'accumulait sur les sourcils de Tigurius. Même les assassins éprouvaient la pitié, et c'est ce sentiment qui obscurcit l'humeur de Drake, déjà fort noire.

- Oui, Tig ?

- Fait moi plaisir, appelle moi Tigurius, pour une fois...la dernière sans doute. je ne crois pas que je passerait la nuit.

- Oui Tig...urius ?

L'Ombre gémit, puis continua d'une voix faible.

- Fais moi plaisir, appelle moi Tig, sinon...ça fait trop sérieux.

- Oui, Tig.

- Non ! Ne m'appelles pas comme ça, gamin ! Mon nom est Tigurius ! Ti-gu-rius.

- D'accord maître.

Emporté par le délire, Tigurius ne savait plus ce qu'il disait, et ne se rappelait plus rien, sans doute. Autant l'empêcher de souffrir plus. Drake sortit son Soror.

- Drake...avant de mourir, laisse moi te dire une dernière chose...Ce n'était pas ta faute.

Le souvenir était encore douloureux. La balle fusa. Et Tigurius mourut.


* * *

Irréel, le rêve lui rappelait ce qu'il s'était déroulé cette nuit là.

L'homme en jaune.

Le tir.

La mort.

Tigurius...

Tigurius...

Il avait été pris dans l'explosion, et des dizaines de Confréristes avec lui. Et l'homme en jaune était seul face à Drake.

- Oui, Drake. Je te veux. Toi. Mon fils.

C'était une femme. Cet homme en jaune. Sa mère.

- MON FILS...

Le rêve s'acheva, et les tourments avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Skynet
Admin
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 23
Camp : MOI
Fonction HRP/Fonction RP : PNJ Crucial/Ennemi Public N°1
Espèce : Système de défense informatisé intelligent.
Date d'inscription : 23/01/2009

MessageSujet: Re: Drake l'Assassin   Jeu 29 Jan - 20:15

Sympa cette fiche ême si j'ai pas très bien compris le rêve....

Une femme? Et un homme en jaune??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://atlantis2400.forumactif.com/forum.htm
Drake
Séparatistes
Séparatistes
avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Drake l'Assassin   Ven 30 Jan - 14:41

C'était le but tu sais. Juste un rêve fiévreux qui ne rime à rien Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Drake l'Assassin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drake l'Assassin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Assassin X
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Joran Dheis [Assassin]
» Azäziel [Assassin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantis :: Premier Cycle-
Sauter vers: